COURS DE MUSIQUE (Enfants - Adultes)

... et aussi ...

 Cours de Musique Adaptés

A visée thérapeutique, rééducationnelle et réadaptationnelle
pour personnes  souffrant de troubles DYS et AUTISTIQUES :
Cours d’éveil musical, chant, percussions, et piano
selon les méthodes MELODYS et DOLCE,

spécialement conçues pour personnes en difficulté d’apprentissage ou en difficulté psychique et/ou physique avec troubles de la communication.


LES EFFETS DE LA MUSIQUE SUR LE CERVEAU

ET SON UTILISATION EN MUSICOTHERAPIE

La musique fait partie de notre vie

La musique est omniprésente dans notre vie, que ce soit à notre domicile, dans la voiture, avec le baladeur ou lors d'un concert. Cet art est commun à toutes les cultures, et l'humanité l'a toujours pratiqué avec passion. 

La musique est également source de plaisir et d'émotions.  Outre son aspect motivant, la musique, en activant le réseau émotionnel dont le fameux "circuit de la récompense", a des incidences physiologiques mesurables comme le ralentissement du rythme cardiaque, une augmentation des hormones stéroïdes, opioïdes, celles du système immunitaire, la régulation du taux de cortisol et la libération de dopamine. La musique agirait même sur la neurogenèse, la régénération et la réparation des neurones et circuits neuronaux via l’ajustement des sécrétions hormonales. La musique a également un lien privilégié avec la mémoire. Qui n’a jamais vécu l'expérience de se retrouver transporté à un moment précis de sa vie en écoutant de la musique ou une chanson !

De la musique, on dit bien souvent qu’elle est universelle ou qu’elle adoucit les mœurs. Musicien ou non, nous avouons presque tous l’apprécier. Certaines mélodies peuvent susciter de vives émotions ou les influencer. La musique s’avère indispensable au bien-être de l’homme et est intégrée dans plusieurs formes de thérapies, principalement en musicothérapie. 

Comment la musique agit sur notre cerveau ?

Les résultats publiés dans une revue scientifique indiquent que la musique provoque bien un plaisir intense et l’expérience des chercheurs permet une avancée essentielle sur les bienfaits physiques de la musique dans les prises en soin. Le plaisir intense ressenti en écoutant de la musique entraine la sécrétion de dopamine dans le cerveau si la musique est appréciée du sujet. La dopamine est un neurotransmetteur qui a pour action de compenser des plaisirs comme la nourriture ou les addictions. 

 

Le son est perçu par l'oreille qui est d'une complexité incroyable. C'est elle qui sert d'interprète entre un son et le cerveau. Certains réseaux neuronaux du cerveau sont exclusivement dédiés au traitement de la musique. La preuve a été maintes fois apportée par des personnes qui, après avoir subi des lésions cérébrales, ont perdu l'usage de la parole, alors qu'elles ont gardé intact leur cerveau musical. Les neuroscientifiques affirment que la musique a une influence sur l'activité cérébrale. L'écoute de la musique lente et rythmée abaisse les tensions artérielles et le rythme cardiaque, diminue les tensions musculaires, et repose. Utilisée en neurologie, la musicothérapie constitue un complément important en rééducation motrice et des fonctions cognitives.  

Etudes scientifiques à l’appui, comment le musicothérapeute utilise-t-il les effets de la musique ?

La musicothérapie est une des composantes de l'art-thérapie qui consiste à utiliser la musique comme outil thérapeutique. Le musicothérapeute utilise le son et la musique sous toutes ses formes, pour rétablir, maintenir ou améliorer la santé mentale, physique et émotionnelle d'une personne.

Ecouter et/ou jouer de la musique a des effets sur les performances intellectuelles, sur l'agressivité et sur la santé. On peut dire qu'elle correspond à un éveil car elle ouvre un espace où les émotions ressenties sont susceptibles d'élargir notre champ de pensée ou de nous faire oublier la douleur. 

Les réponses émotionnelles provoquées par la musique sont aussi intenses que certaines stimulations biologiques, et extrêmement rapides. Ce phénomène est d’autant plus vrai qu’il est identique pour les individus musicalement experts ou novices. Les recherches en neurosciences attestent que la musique peut stimuler des fonctions vitales car elle active les circuits neuronaux de la gratification, elle réduit les activations des régions cérébrales en jeu dans les émotions négatives et augmente la résistance au stress. Elle peut permettre d’affronter la mort avec courage ou de calmer les angoisses des bébés. De fait, elle est donc de plus en plus utilisée ces dernières années à des fins thérapeutiques en musicothérapie. La musique seule ne permet pas de soigner le patient. C’est la relation triangulaire avec le musicothérapeute, la musique et le patient qui permet une prise en soin de la personne. 

Le chant en musicothérapie pour une rééducation après un traumatisme crânien ou un AVC

Par ailleurs, lors d’une rééducation après un AVC, le chant, tout comme la pratique instrumentale, est un outil très utile dans la prise en charge des personnes présentant une aphasie motrice, qui peuvent bien souvent chanter alors qu’elles ne peuvent pas ou difficilement parler. La technique de rééducation du langage la plus connue (aphasie de Broca) est la Melodic Intonation Therapy (MIT) dont est issue la Thérapie Mélodique et Rythmée utilisée par les orthophonistes en France. Mais elle n’est pas accessible à toutes les personnes suivant la sévérité de l’aphasie. 

La musicothérapie neurologique propose donc d’autres techniques autour du chant et de la voix susceptibles de favoriser le langage. Le chant constitue un important facteur de plaisir et de motivation pour les personnes même sévèrement atteintes car, via la mémoire musicale, le chant leur reste en effet accessible même lorsque leurs capacités cognitives et langagières sont altérées.

La musique développe les sécrétions hormonales dans la plasticité neuronale

La musique recrute de vastes réseaux neuronaux situés dans les hémisphères cérébraux et le cervelet, et stimule physiologiquement des processus cognitifs, affectifs, sensoriels et moteurs complexes. Le couplage perception-action en musicothérapie favorise la plasticité cérébrale qui est la capacité des neurones à se modifier et se remodeler tout au long de la vie en fonction des expériences affectives, psychique et cognitives vécues.

Par le biais du chevauchement des réseaux neuronaux, les réseaux neuronaux recrutés pour écouter ou jouer de la musique chevauchent ou jouxtent les réseaux nécessaires à la production du langage, du mouvement, de l'équilibre ; cette stimulation peut avoir une incidence positive sur des lésions cérébrales acquises comme l'AVC ou le traumatisme crânien ou des maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson.

Musicothérapie : pour qui, pour quoi ?

Vous l’avez donc compris, la musicothérapie est une approche thérapeutique non médicamenteuse qui prend en compte la personne dans sa globalité. Par le biais du jeu musical, la musicothérapie active va largement stimuler le fonctionnement cérébral participant ainsi au phénomène de neuroplasticité. C'est la seule technique qui peut mettre en jeu les émotions et donc multiplier les connections neuronales nécessaires au maintien ou à la récupération de fonctions déficientes. En effet, le jeu musical, vocal ou instrumental, permet de travailler simultanément : l’attention, la mémoire, la motricité, les émotions. Il ouvre également un espace de créativité et d’expression qui vient renforcer l'estime de soi. 

 

La musicothérapie est un outil de rééducation particulièrement adapté pour les enfants dysphasiques, car la musique est un moyen de communication non-verbal qui est à leur portée quelle que soit la gravité de leur trouble.

Utilisée en séances de Musicothérapie ou d’apprentissage musical, la musique permet notamment aux enfants souffrant de troubles de l’apprentissage de stimuler leur perception, leur concentration, leur mémoire, auditive par l’imitation, et visuelle par la symbolisation, donc d’améliorer leur langage et leur faculté à calculer. Au travers du soin, elle permet par exemple une meilleure canalisation de son énergie à l’enfant hyper actif avec trouble de la concentration. Par ailleurs, elle stimule également les capacités cognitives des personnes par le biais de la création au travers de jeux musicaux avec le Musicothérapeute, développe l’estime de soi, la confiance en soi par la valorisation des personnes, tout en multipliant leurs facultés d’expression et leur apprenant à canaliser leur énergie pour une meilleure gestion de leurs émotions, tout âge et pathologies confondus.

La Musicothérapie est donc préconisée dès la naissance de l’individu … 

... et jusqu’à ses derniers jours


La musicothérapie à l’hôpital


L'équipe du CHRU de Montpellier du département neurologique a prouvé par son étude scientifique que la musique en séances de musicothérapie pouvait remplacer un médicament pour les maladies lourdes comme celles de Parkinson et d'Alzheimer. En effet, ils ont constaté que l'utilisation de la musicothérapie diminue la sensation de douleur, et ainsi baisse de 50% l'utilisation des anxiolytiques et des antidépresseurs utilisés pour soigner ces maladies.


Un soin non-médicamenteux et à l’efficacité reconnue, accessible en cabinet libéral

Certes, la musicothérapie ne bénéficie pas encore d’un remboursement par notre système de santé français, mais c’est un moyen de pouvoir prendre soin de soi sainement. Alors pourquoi s’en priver ?

Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour une prise en charge sous certaines conditions.